Valorisation des déchets oléicoles : Extraction des polyphénols et étude de leur efficacité antioxydante, production du biogaz et d’un amendement organique des boues générées

DSpace/Manakin Repository

Aide Aide Aide

Nos fils RSS

Toubkal : Le Catalogue National des Thèses et Mémoires

Valorisation des déchets oléicoles : Extraction des polyphénols et étude de leur efficacité antioxydante, production du biogaz et d’un amendement organique des boues générées

Show full item record


Title: Valorisation des déchets oléicoles : Extraction des polyphénols et étude de leur efficacité antioxydante, production du biogaz et d’un amendement organique des boues générées
Author: Mikdame Hind
Abstract: Le Maroc est confronté à une menace environnementale inquiétante causée par les déchets oléicoles. Leur rejet sans traitement cause de sérieux problèmes aussi bien sur la santé publique, que sur l’environnement à la suite de leur forte charge en matières organiques non biodégradables et en composés phénoliques. La présente étude porte sur la valorisation de ces déchets par l’extraction des composés phénoliques, la production du méthane et la production d’un amendement organique par les boues générées des différents traitements. L’extraction des antioxydants des déchets oléicoles dans les conditions expérimentales optimales de solvant (V/V) sous effet d’ultrasons a permis l’obtention du maximum des composés phénoliques ; 1.15 mg/mg pour les grignons et 3.65mg/mL pour les margines. L’activité antioxydante de ces extraits phénoliques sur le beurre à différentes concentrations a augmenté sa résistance contre le stress oxydatif et par conséquent sa durée de conservation de deux fois plus que le beurre témoin. La valorisation des résidus, appelés substrats, de l’extraction des polyphénols et d’autres résidus de traitement des margines par un procédé combinant l'adsorption à la coagulation floculation, dans la production du méthane a eu lieu par digestion anaérobie. La production maximale du biogaz a été obtenue des boues générées par le traitement des margines. La quantité de méthane produite est l’équivalent de 8,72 Wh/L en énergie électrique pour les boues de traitement, 6,87Wh/L pour les margines sans polyphénols et 2,95 Wh/L pour les margines brutes. Les boues épuisées du traitement de chaque substrat ont été cumulées et valorisées par cocompostage aérobie en tas avec d'autres déchets organiques. La fraction de chaque constituant dans le mélange a été calculée à partir de leur composition en matières organiques. Deux mélanges ont été réalisés ; l'un en présence des boues et l'autre sans boue qui nous a servi de témoin. Le suivi de la dégradation biologique de ces matières a été effectué par la mesure hebdomadaire des paramètres physico-chimiques, biologiques et spectroscopiques jusqu'à leurs stabilisations après 90 jours. La présence des boues dans le mélange a accéléré le processus de compostage d'une semaine. Les composts produits sont riches en éléments fertilisants, notamment celui avec les boues. Ils sont conformes à la norme française relative aux amendements organiques NFU-44-51 et ne présentent aucun effet phytotoxique. Les tests de ces composts pour la lutte biologique contre deux champignons, la Penicillium digitatum et la tavelure de pecher, montrent une forte répression du compost avec les boues contre Tavelure de pecher.
Date: 2020-12-04

Files in this item

Files Size Format View
Document indisponible1.doc 22.52Kb Microsoft Word View/Open

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record

Search DSpace


Advanced Search

Browse

My Account