Durabilité d’un système de cultures non conventionnel irrigué par les eaux usées traitées dans la région d’Agadir

Toubkal

Aide Aide Aide

Nos fils RSS

Toubkal : Le Catalogue National des Thèses et Mémoires

Durabilité d’un système de cultures non conventionnel irrigué par les eaux usées traitées dans la région d’Agadir

Voir la notice complète de la thèse


Titre: Durabilité d’un système de cultures non conventionnel irrigué par les eaux usées traitées dans la région d’Agadir
Auteur: El Youssfi Lahcen
Résumé: Le présent travail s’inscrit dans le contexte de recherche d’alternatives de ressources en eau pour l’irrigation et de cultures alternatives capables de s’adapter dans les conditions défavorables. Dans ce cadre, une série de travaux ont été conduit à la station expérimentale de l’IAV Hassan II-CHA-Agadir au sud ouest du Maroc entre 2010 et 2012. Ainsi, les objectifs se sont focalisés sur l’évaluation de la possibilité d’utilisation des eaux usées traitées comme source d’eau non-conventionnelle pour l’irrigation de nouvelles cultures, à haute valeur nutritive, comme le Quinoa (Chenopodium quinoa Willd.) et l’Amarante (Amaranthus spp.) dans la région du Souss Massa à climat semi-aride. Les deux premiers travaux visaient d’étudier l'effet de l'irrigation avec des eaux usées traitées avec des conductivités électriques divers (Témoin (1dS/m), CE3 (3dS/m) et CE6 (6dS/m) sur trois variétés de quinoa et trois variétés d’amarante. Alors que le troisième travail, étalé sur trois saisons de culture, a été mené pour évaluer les effets de l'utilisation des eaux usées traitées sur les propriétés du sol et les paramètres agronomiques en adoptant une rotation de cultures introduisant le quinoa comme nouvelle culture dans la région. En effet, plusieurs paramètres agronomiques et pédologiques ont été testés pour les différentes cultures. Les résultats ont montré que pour le quinoa, l'augmentation du niveau de salinité a mené à la diminution de la hauteur de la plante et a réduit le poids frais et sec dans les différentes parties des plantes pour les trois variétés. Toutefois, cette augmentation de la CE de l'eau d'irrigation n’a pas influencé le rendement pour les trois variétés. Dans le cas de l’amarante, l’augmentation du niveau de salinité appliquée réduit significativement la croissance pour toutes les variétés. Cependant, Même avec l'application de l’eau saline de 6dS/m, les rendements étaient relativement élevés par rapport à ceux obtenu dans des conditions normales de culture. Néanmoins, une accumulation importante de nitrates, de chlorure et de sodium dans la zone racinaire a été remarquée durant le cycle de culture de l’amarante par rapport au quinoa. D’autre part, l’essai de rotation a révélé que le quinoa avait un comportement performant quand il est précédée par la culture de la fève en matière d’efficience d’utilisation d’eau et aussi l’enregistrement du niveau le plus bas d’accumulation de sels dans le sol en comparaison avec les combinaisons pois chiche>quinoa et jachère>quinoa. Concernant la croissance et la production, il s’est avéré que la culture du quinoa après le pois chiche était plus bénéfique en termes de productivité en biomasse et en rendement. Une meilleure adaptation aux conditions de stress salin et d’utilisation des eaux usées traitées, fait du quinoa une culture prometteuse dans la région du Souss Massa.
Date: 2013-03-02

Fichiers dans ce document

Fichiers Taille Format Voir
THESE_EL YOUSSFI.pdf 3.134Mb PDF Voir/Ouvrir or Preview

Cette thèse figure dans la collection suivante

Voir la notice complète de la thèse

Recherche Toubkal


Recherche Avancée

Parcourir

Mon compte