Etude géophysique du Maroc nord-oriental : Imlications structurales et hydrogéologiques

Toubkal

Aide Aide Aide

Nos fils RSS

Toubkal : Le Catalogue National des Thèses et Mémoires

Etude géophysique du Maroc nord-oriental : Imlications structurales et hydrogéologiques

Voir la notice complète de la thèse


Titre: Etude géophysique du Maroc nord-oriental : Imlications structurales et hydrogéologiques
Auteur: Chennouf, Touria
Résumé: Le Maroc nord oriental a été le siège de nombreuses campagnes de prospection géophysique à caractère pétrolier par sismique réflexion ou de simple reconnaissance par gravimétrie et magnétisme. La présente étude concerne la réinterprétation de ces anciennes données en faisant appel aux récentes techniques, de traitement en vue de mieux cerner la structure profonde de cette région. L’analyse des données gravimétriques, magnétiques et sismiques nous a permis de mettre en évidence les différentes structures géologiques profondes et superficielles présentes dans le Maroc nord-oriental a permis de mettre en évidence l’existence de quatre familles d’accidents de directions majeures : N00 ; N50-70 ; N130-145 et N80-95. Ces résultats ont permis de (i) confirmer l’existence de failles déjà reconnues ou supposées par le études structurales classiques en précisant leur tracé et pendages et de (ii) mettre en évidence un grand nombre de nouveaux accidents profonds sont orientés essentiellement suivant deux directions : N80-85 et N55-65 avec une dominance de cette dernière famille ; leur profondeur peut aller jusqu’à 45000m. Les directions N55-65 correspondent aux failles de Kebdana, de sidi Bouhouria, de Naima et de Guefait, et leurs directions N55-65 correspondent à la faille de Ras El Ma (parallèle à la côte méditerranéenne) et aux failles de Moulouya, de Madagh, d’Angad et des Zekkara. L’analyse des données magnétiques couvrant la plaine des Triffa et le massif des Béni Snassen orientaux révèle l’existence d’autres nouveaux contacts dans cette zone appartenant à quatre familles de directions majeures : N00, N90, des directions entre N45 et N70 et entre N130 et N175 avec une prédominance des deux dernières familles. Au niveau du massif des Béni Snassen orientaux, ces failles confirment un certains nombre d’accidents déjà connus et soulignent de nouvelles faille qui recoupent le massif suivant une direction NW-SE. Au niveau de la plaine des Triffa, on note une grande complémentarité entre ces failles et celle déduites de l’analyse du gradient gravimétrique horizontal. La grande majorité de ces failles sont superficielles, elles affectent des profondeurs inférieures à 300 mètres, les failles les plus profondes sont localisées au niveau du massif des Béni Snassen et ont une direction essentiellement NW-SE, leur profondeur ne dépasse pas 1500m. L’analyse des profils sismiques a permis de compléter l’information sur les structures géologiques miss en évidence par la gravimétrie et le magnétisme en précisant leur extension verticale. Les différentes failles mises en évidence de direction NE-SW, E-W et NW-SE délimitent des blocs de bassins, de Grabens, et de plis dessinant ainsi une mosaïque quadratique et losangique de ces blocs. La géométrie et la disposition verticale et latérale des couloirs des failles ainsi que l’orientation de la fracturation associée des rameaux de failles et des structures qu’elles délimitent soulignent l’importance des mouvements latéraux obliques le long de ces systèmes tectoniques en plus des jeux verticaux parfois très importants. Les remontées halocinétiques, au niveau de la plaine de Sidi Bouhouria, ont commencé dès le Jurassique inférieur, il semble que le les contraintes dynamiques cisaillantes peuvent se substituer aux contraintes passives dues à la surcharge sédimentaire classiquement considérée comme nécessaire pour provoquer l’ascension du sel. L’interprétation conjointe des données gravimétriques, magnétiques et sismiques, au niveau des plaine de Triffa et de Sid Bouhouria, a permis de (i) clarifier les relation entre la structure du sous sol et les nappes superficielles qu’elles renferment et (ii) de suivre en profondeur de toit des calcaires jurassiques, principal aquifère de la nappe profonde connue dans ces régions. A l’issue de cette étude, nous avons dressé des cartes structurales détaillées pour les deux plaines qui constitueront des documents très utiles pour orienter les recherches hydrogéologiques futures dans ces régions.
Date: 2003

Fichiers dans ce document

Fichiers Taille Format Voir

Il n'ya pas de fichiers associés à cette thèse.

Cette thèse figure dans la collection suivante

Voir la notice complète de la thèse

Recherche Toubkal


Recherche Avancée

Parcourir

Mon compte